Cette année, la Fondation Haïti Jazz nous offre une 16ème édition de PAP JAZZ tout à fait inédite. Puisque c’est le Cap-Haïtien qui a accueilli les 20, 21 et 22 janvier le Festival International de Jazz de Port-au-Prince. Une manière pour les responsables du festival de célébrer le 280ème anniversaire de naissance de Toussaint Louverture, précurseur de notre indépendance et “symbole de liberté”.

Si l’année dernière, le PAP JAZZ n’a pas eu lieu en raison des troubles et le climat d’insécurité, cette année, les organisateurs promettent un spectacle de rêve comme lors des éditions précédentes. Mais en guise de 7 ou 8 jours, cette belle fête n’a duré que 3 jours.

La fête aura été plus courte certes, mais le plaisir et la bonne ambiance étaient à leur summum. Puisque ce spectacle mettra en scène les plus grosses pointures du jazz à travers le monde, comme à l’accoutumée. D’autant que, durant ces trois jours de festivités, le PAP JAZZ propose un line-up hors du commun.

Pour la soirée d’ouverture, le public a savouré sur la Scène Barbancourt, la flûtiste espagnole Maria Toro, l’une des rares flûtistes de Jazz féminines. Mélissa Dauphin, une chanteuse canadienne d’origine haïtienne qui chante dans presque toutes les langues, va émerveiller le public avec sa voix suave et sublime.

Pour clôturer cette soirée, Damien Schmitt, excellent batteur français, acclamé pour sa technique de batterie supérieure et son intelligence de jeu ; sera accompagné d’Oscar Pizzaro, un pianiste chilien exceptionnel et Christian Galvez, considéré comme l’un des meilleurs bassistes de toute l’Amérique Latine.

En samedi, pour la 2ème soirée, plusieurs artistes hors pair ont défilé sur la scène Prestige. Ingrid Beaujan, l’une des chanteuses jazz les plus célèbres au Mexique, va enflammer le public avec sa voix . Aaron Goldberg, reconnu comme l’un des pianistes jazz les plus fascinants, était en compagnie de 2 virtuoses américains : Ruben Rogers et Éric Garland qui forment le trio éclectique “WE ARE”.

Pour clore cette soirée magique, le pianiste cubain Alfredo Rodríguez, nominé aux prestigieux prix “Grammy Awards” en 2015 et managé par le célèbre producteur et compositeur américain, Queency Jones ; était sur la scène avec deux autres musiciens cubains : Michael Olivera, batteur extraordinaire et Munir Hossn, un multi-instrumentiste phénoménal.

Pour la dernière soirée, le PAP JAZZ était fier d’accueillir Phyllisia Ross, la chanteuse haïtiano-américaine, dont le style musical varie du du jazz à la Pop caribéenne, en passant par la musique classique et le soul. Ça a été une ambiance d’enfer.

Le Festival International de Jazz de Port-au-Prince, vitrine mondiale du Jazz en Haïti se veut, depuis 2007, un événement annuel important d’échanges et de métissage culturels que les mordus du Jazz et les mélomanes de partout ne veulent rater pour rien au monde. Cette année, pour la 16ème édition, le PAP JAZZ accueille des stars planétaires originaires de 9 pays : Haïti, Cuba, Mexique, Chili, Canada, France, Espagne, les États-Unis et la République Dominicaine.

D’ici là, nous vous donnons rendez-vous à la Cité Christophienne pour célébrer le 280e anniversaire de Toussaint Louverture au rythme du Jazz. Le Pap Jazz a mis le cap sur la Cité Christophienne cette année et c’était pour le bonheur des capois et capoises et tous les amoureux de la bonne musique.

RÉDACTION : Abimaël-Romilus SÉVÈRE

COPYRIGHT : CHOKARELLA 2023

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.