Pou Listwa : un album clair obscur

Ce Lundi 7 Février 2022, K-lib publie “Pou Listwa” , son tout dernier album, comme il l’avait annoncé au début du mois de Janvier sur les réseaux sociaux. Album à vocation radiographique de la dernière décennie du pays, l’artiste nous livre une œuvre à la fois sombre et éclairante.

Interviewé par Carel Pèdre à l’émission de Carel In The Morning, à Miami aux studios de Télé Pam ; K-Lib Mapou a présenté son tout dernier opus en date.

Resté pendant 5 ans dans l’antichambre du rap comme un somnambule en mal de gester, pour reprendre l’expression du rappeur français Youssoupha, K-lib est enfin réveillé; il sort de l’attente et reprend sa place majestueusement sur la scène Hip-Hop.

K-lib, en signant “Pou Listwa”, son nouveau né, consolide son statut de rappeur politique. En analysant dans sa création la biopolitique du PHTK à travers ses mécanismes de gestion que sont la corruption et la violence, peint un tableau rouge sang teinté d’une désolation noire de la population.

Nan fon lannwit” est le titre nécrologique, avec la participation de Mawon Èzli et Vanessa Jeudi, tous deux menbre du groupe Règleman Afè Popilè, qui dresse avec à la fois dextérité et une poétique funèbre de ce triste constat : Lamò. «N ap fè Lanmou ak lanmò je klè depi dizan» rappe-t-il

Le rappeur plaint les nombreux massacres enregistrés à La Saline, Grand-Ravine, Tokyo, Carrefour-Feuilles, Bel-Air.
«Sechrès, dlo je pou wouze flè yo pa ase pou sèkèy ,vil yo sonb kou tonb, se dèy, solèy nan somèy» balance-t-il

Les politiciens ne sont pas innocents dans cette situation mortuaire, selon lui «Nekwopolitisyen biyopouvwa ap siyen akò ak machann lanmò se atò nanm ak separe ak kò»

Plus loin, il cite de manière imagée l’administration de Jovenel Moïse dans l’effusion «Aprè tranbleman lavi nan dezè l leve kanaran. Moyiz pat rantre, li fè n travèse Yon lanmè wouj ak san»

Èzli, quant à lui, fait une représentation de la violence à partir d’un corps. Celui d’une femme nourice qui porte les cicatrices de la reproduction du bien être, son bébé.
Puis Vanessa, sur un air de Soul Music, qui chante «10 lane wout la bout. Lanmò bare n nan chak kalfou».

L’album porte aussi une lueur. Malgré la douleur exprimée, K-lib chante l’amour.

Lanmou nan doulè, bien que le ton est un peu mélancolique, le rappeur declare son amour. L’amour est ce sentiment qui nous sort du ténèbre et nous expose totalement ou partiellement au soleil. «[Ou] te solèy lè lide mwen te nwa, konnen w se pa m, san kouwòn m son wa, tout sa ou pote nan lavi m lese m san vwa»

C’est un amour difficile, mais additif «nou kite, n tou tounen, nou tounen, n kite, koz m alèji ak dikte, pou tèlman ou kite m, m konnen w konnen pa ka kite w , m adikte» , « nou vin rive nan yon kafou, rezon m kagou»

Un rap à la fois contre-festif et festif…
K-lib sur un son festif, très dansant exprime sa nostalgie par rapport à un rap “party”. Dans Plezi kè sote en feauturing avec Abodjah Dagodman, il s’exprime ainsi «si te gen jistis sosyal pa t ap gen pi gwo tripè pase m[…] nou panse m kwense, nou t ap sezi wè jan m renmen party».

Mais, vu le niveau de frustration et la situation d’insécurité à tous les niveaux qui sévissent le pays, le rappeur s’abstient d’offrir à son public un “ plezi kè sote”. Le rappeur conclut ce côté éclairant de l’album avec un Egotrip Fèl ak nou tout.

RÉDACTION: Cleavens FLEURANTIN

COPYRIGHT: CHOKARELLA 2022