Gessica Généus remporte le prix du FIFAC 2019, avec “Douvanjou ka leve”

Gessica GENEUS continue sa carrière de réalisatrice de succès en succès. Avec son film “Douvanjou ka leve”, elle a encore marqué un gros coup. En effet, ce 18 octobre, la réalisatrice a remporté le grand prix : Festival international du film Amazonie Caraïbes (FIFAC 2019), en Guyane. Et c’est le 8ème prix qu’elle remporte grâce à ce film, en 3 ans.

À l’occasion de cette première édition qui s’est déroulée au camp de la transportation, du 14 au 18 octobre, à Saint Laurent du Maroni, en Guyane ; par la voix de son président, le martiniquais Patrick Chamoiseau, le jury du FIFAC a attribué le grand prix à Gessica pour “Douvanjou ka leve“.

Notons que lors de cette cérémonie au cours de laquelle il y a eu des projections sous la bienveillance de la lumière épatante de la lune, près d’un manguier ; 3 autres prix ont été décernés : le prix des lycéens, le prix spécial des juges et le prix du meilleur contenu digital.

Douvanjou ka leve“, “Le jour se lèvera” en français, est un documentaire de Création réalisé par Ayizan production et SaNoSi production, à travers lequel Gessica met en scène la vie de sa mère qui se bat contre une maladie. Entre mystère et vérité, la réalisatrice se cherche une compréhension de la réalité, en questionnant notre identité et notre rapport avec le sacré.

AU TERME D’UN DISCOURS QUI EN DIT LONG, GESSICA SE LIVRE

Lors de la réception de son prix, Gessica a évoqué une partie de son enfance, vécue dans un quartier pauvre. Elle a aussi fait référence à sa vie marquée par la maladie mentale de sa mère, (maladie qu’elle pense être une malédiction venant du monde invisible puisque, bien avant sa mère, des autres membres de sa lignée l’avaient eue), et elle a aussi parlé de sa propre quête d’identité.

Dans la foulée, elle a dit vouloir proposer un nouveau regard sur son île natale et ses habitants. En l’occurrence, Haïti. Et à travers le prisme du cinéma, elle invite le reste du monde à regarder le pays sur d’autres angles.

Par ailleurs, l’actrice et réalisatrice a surtout fait ce rappel solennel pour éveiller la mémoire des siens : << Je veux dire à mon peuple, la liberté, ça ne se donne pas, ça se prend. Nous l’avons déjà prise une fois, nous pouvons la reprendre ! >> Des propos qui font écho à son engagement citoyen, dans la lutte contre l’impunité et l’injustice sociale.

RÉDACTION : Peterson DORSAINVIL

RÉVISION ET CORRECTION : Rodly SAINTINÉ

COPYRIGHT : Chokarella 2019