ÉCOLE DE LA RADIO : COMMÉMORATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FIN DES CRIMES CONTRE LES JOURNALISTES

Du 1er au 2 Novembre 2021, l’ÉCOLE DES MÉDIAS | ÉCOLE DE LA RADIO a offert deux journées de formation gratuite au profit des étudiant•e•s en journalisme. Ces deux séances d’échange et de partage intellectuel ont été inscrits dans les activités commémoratives de l’école pour marquer “ la journée internationale de la fin des crimes commis contre les journalistes.

À l’occasion de cette importante journée Internationale pour les journalistes, l’administration de l’ÉCOLE DE LA RADIO, de concert avec CEPROFOJUL, a organisé deux longues et passionnantes journées de formation autour des thèmes : « Liberté de la presse et l’Éthique du journalisme ». Deux journées de profondes réflexions, de débats enrichissants autour des questions de liberté de la presse à travers le monde, animées à distance par le journaliste Rodly SAINTINÉ qui, rappelons-le, depuis juin dernier est en proie de sérieuses menaces de mort, à cause de son statut de journaliste.

Ces deux journées de formation étaient l’occasion pour le journaliste originaire de la plus grande bidonville du pays de saluer la mémoire des journalistes tué•e•s dans le cadre leur profession, et de faire un état des lieux de la situation des professionnels de l’information, la plupart du temps, sujets à des menaces et des intimidations de toute sorte.

C’était aussi un moment recueillement pour le correspondant de RFI en Haïti, et l’occasion d’avoir une pensée spéciale à Ghislène Dupont et Claude Verlon, deux de ses collègues journalistes français tués au Mali, le 2 Novembre 2013. Et c’est justement en leur l’honneur que l’Assemblée des Nations Unies a consacré cette date comme étant : « la Journée International de la Fin de l’Impunité pour les crimes commis contre les journalistes ».

Notons que malgré nombre luttes menées par les journalistes, la situation des hérauts de l’information à travers le monde reste encore très inquiétante. Selon un rapport de Reporters Sans Frontières (RSF) : Entre l’année 2006 à 2020, plus de 1200 journalistes ont été assassiné dans le monde. Et à croire les responsables de Commitee to Protect Journalists (CPJ) : « 8 sur 10 crimes perpétrés contre des journalistes restent impunis ». Une triste réalité dont Haïti n’est pas exempt, car toujours selon RSF, la situation de travail de journalistes du pays est très préoccupante. D’après les derniers rapports de l’organisme international de défense des journalistes : « Haïti est 53 sur 87 au classement des pays prédateurs de la liberté de la presse ».

Soulignons par ailleurs que plusieurs journalistes haïtiens ont été assassinés pendant les 5 dernières années et que d’autres sont contraints à l’exil ou de vivre caché. Comme tel est le cas pour Rodly SAINTINÉ qui depuis plus de 4 mois déjà vit dans des conditions extrêmement difficiles à cause des menaces de mort dont il fait l’objet.

RÉDACTION : Samson GELIN & Youbens CUPIDON

RÉVISION & CORRECTION : Ravensley BOISROND

COPYRIGHT : © CHOKARELLA 2021